Mercredi 25 novembre à 20H302,30€ – 3,80€ECPC, Gonfreville l’Orcher

Entrée du personnel

De Manuela Frésil
Documentaire, France, 2013, 59 minutes
En présence de la réalisatrice Manuela Frésil

Séance spéciale proposée et présentée par Christophe Guérin, en partenariat avec le Pôle Image de Haute Normandie.

 

« Depuis 2011, en lien avec sa thématique, le festival Du grain à démoudre me propose (avec l’association eluparcettecrapule jusqu’en 2014) une soirée Carte Blanche. Entrée du personnel n’appartient pas au registre expérimental que j’explore d’ordinaire mais viendra compléter un cycle entamé avec Leviathan de Véréna Paravel et Lucien Castaing-Taylor en 2013 et poursuivi l’an dernier avec Holy Field Holy War de Lech Kowalsky où se croisent des questionnements sur l’homme au travail et son environnement »

Christophe Guérin

20531887

L’abattoir est loin de tout, tout au bout de la zone industrielle. 
Au début, on pense qu’on ne va pas rester, mais on change seulement de poste, de service. 
On veut une vie normale.
 Une maison a été achetée, des enfants sont nés.
 On s’obstine, on s’arc-boute.
 On a mal le jour, on a mal la nuit, on a mal tout le temps.
 On tient quand même, jusqu’au jour où l’on ne tient plus.
 C’est les articulations qui lâchent. Les nerfs qui lâchent. 
Alors l’usine vous licencie.
 A moins qu’entre temps on ne soit passé chef, et que l’on impose maintenant aux autres ce que l’on ne supportait plus soi-même. Mais on peut aussi choisir de refuser cela.

 

« Au-delà du vertige que produit le lieu de l’abattoir, l’enjeu central de ce fi lm, est bien la question du travail. Pour en rendre compte il faut mettre en rapport la chaîne, ce qu’on en voit, ce qu’on peut en filmer, avec cette parole des ouvriers. Le film se construit autour de ces deux pôles. D’un côté, la rationalité et la modernité de l’usine à viande, le trouble produit par ce mode de transformation du vivant en matière inerte et consommable ; et de l’autre, le récit par les ouvriers de ce travail qui les détruit ».

Manuela Frésil

 

manuela-Fresille

 Manuela Frésil

Après des études de philosophie,elle débute sa carrière dans le cinéma auprès de Jean Rouch, au Comité du Film d’Ethnographique. Puis elle intègre la Fémis en Section Montage. Avec ses « camarades de promotion » : Françoise Bernard, Juliette Cahen, Ariane Doublet, Pascal Goblot, elle réalise Terre-neuvas (Prix du public – vision du réel – Nyons en 1993). Depuis elle réalise des films qu’elle estime « honnêtes » pour la télé, et en particulier pour ARTE, comme Si loin de bêtes où il est déjà question d’élevages industriels. Elle se plait à raconter ce qui ne se voit pas, à filmer des gens que l’on n’entend pas et à créer des ateliers de réalisation vidéo en direction de publics amateurs, quelques fois fragilisés.

Logo POLEIMAGE

Partager