Lundi 23 novembre à 20H305,50€Cinéma le Studio

2 courts de Svankmajer et Tampopo de Juzo Itami

Soirée en partenariat avec le cinéma Le Studio et l’association Cannibale Peluche

meat love

Viandes amoureuses [Meat Love]

Royaume-Uni/États-Unis/RFA, animation, 1989, 1’07 »

L’histoire passionnée et éphémère de deux tendres steaks qui se rencontrent sur une planche à découper.

Food

Nourriture [Food]

Tchécoslovaquie/Royaume-Uni, animation, 1992, 16’22 »

Petit déjeuner. Déjeuner. Dîner. En trois temps, les repas primordiaux revus et dévorés par des clients voraces. Sévices compris.

Né à Prague en 1934, Jan Švankmajer explore l’absurdité grinçante de la condition humaine à travers une œuvre profondément ancrée dans le surréalisme. Saccadée et organique, sèche et cartoonesque, l’animation image par image y donne vie à un univers au croisement de Franz Kafka et Roland Topor.

Tampopo

Tampopo

De Juzo Itami
Japon, fiction, 1985, 1h54’
Version restaurée de la copie

Tampopo, une jeune veuve tient un médiocre restaurant de soupes de nouilles dans un quartier populaire de Tokyo. Elle lutte courageusement et n’aspire qu’à une honnête vie, jusqu’au jour où un routier à la dégaine de cow-boy, Goro, entre dans sa vie. C’est un gourmand, il sait que la préparation de la soupe de nouilles est une vocation, sinon un rituel. Le jour où il vient se restaurer chez Tampopo, il l’informe brutalement que ses nouilles « manquent de tripes » ! Elle le convainc alors de lui enseigner l’art de cuisiner une bonne soupe. Parallèlement à la quête de Tampopo et Goro, plusieurs intrigues secondaires, toutes d’ordre culinaire, se nouent… Cette femme qui s’introduit furtivement dans les supermarchés et qui diaboliquement tâte les fruits et les fromages… Ce jeune couple dont les ébats dans une chambre d’hôtel sont agrémentés d’œufs.

Tampopo est une comédie érotico-culinaire dont le sujet serait la soupe de nouilles. Avec un zeste de western, un peu de violence, quelques yakuzas qui traînent, de l’espionnage industriel, une histoire d’amitié, saupoudrée d’un humour pince-sans-rire brindezingue. Le tout filmé avec style , dans des plans-séquences parfaitement composés, avec des acteurs qui donnent tout pour leur personnage, un sens du rythme fantastique, un art consommé du contrepoint musical. A l’époque où il est sorti, en 1985, la bande-annonce promettait un « western ramen », et le terme résume bien ce film, léger mais sérieux, qui mélange tout un tas d’ingrédients en les traitant avec le maximum de soin et d’amour. Comme on fait une bonne soupe japonaise. Tampopo est le deuxième long-métrage de Juzo Itami, acteur et cinéaste qui s’est donné la mort en 1997, à l’âge de 64 ans. Des dix films qu’il a réalisés, c’est le seul à être sorti en France.

Le Monde